La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel


Note:8/10

Je trouve enfin quelques minutes pour vous parler de ce livre. Beaucoup de billets ont déjà été écrits sur ce petit livre de Philippe Claudel mais rien n'empêche d'insister car il semble faire l'unanimité sur la blogosphère.

L'histoire est celle d'un vieillard, Monsieur Linh, qui fuit son pays en guerre (le Vietnam à première vue) après avoir tout perdu, pour se réfugier dans un pays totalement différent et "sans odeur" (qu'on devine être la France). Il emmène avec lui sa petite fille qu'il ne lâche pas et qu'il chérit plus que tout. Effrayé par ce nouveau pays, il va cependant se lier d'amitié avec M. Bark, un veuf, avec qui il a en commun une profonde solitude et une nostalgie du passé.

Ce livre est vraiment émouvant, sans jamais tomber dans le larmoyant. C'est une histoire d'exode et de solitude mais également d'espoir grâce à la présence de la petite fille. L'amitié entre M. Linh et M. Bark est vraiment touchante car elle dépasse toutes les barrières culturelles, de langue et d'histoire (M. Bark a combattu dans la guerre d'Indochine). La fin est tout simplement parfaite et donne vraiment envie de relire le roman, pour bien saisir toute la subtilité de l'histoire. Elle rappelle également l'ampleur du traumatisme que la guerre peut avoir sur les gens. Un très joli roman, simple mais profond!

C'est un vieil homme debout à l'arrière d'un bâteau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil homme se nomme Monsieur Linh. Il est seul désormais à savoir qu'il s'appelle ainsi. Debout à la poupe du bâteau, il voit s'éloigner son pays, celui de ses ancêtres et de ses morts, tandis que dans ses bras bras l'enfant dort. Le pays s'éloigne, devient infiniment petit, et Monsieur Linh le regarde disparaître à l'horizon, pendant des heures, malgré le vent qui souffle et le chahute comme une marionnette

Un très beau billet sur ce livre chez Pimprenelle.

La petite fille de Monsieur Linh est mon premier livre lu dans le cadre du challenge Blog O trésors. Il va falloir que je me dépêche un peu si je veux réussir ce challenge, surtout maintenant que je vais être très occupée question lecture dès août. (voire article de vendredi Youpiii)!!!


CLAUDEL Philippe, La petite fille de Monsieur Linh, ed. Stock (Livre de poche), 2005, 184 p

Commentaires

  1. J'ai adoré ce livre comme toi et pratiquement tous ceux qui l'ont lu, je crois! Tu me fais penser que moi aussi j'ai encore trois livres à lire pour Blog-O-Trésors! Je l'avais oublié!

    RépondreSupprimer
  2. @Mango: le temps passe trop vite. En janvier, je me suis dit que 4 livres en 1 année, ça serait facile. Comme quoi..

    RépondreSupprimer
  3. Ce fut une magnifique découverte pour moi ! Contente que tu aimes !

    RépondreSupprimer
  4. Olala, je n'ai même pas commencé encore...

    RépondreSupprimer
  5. @Gio: je me réjouis de découvrir les autres livres de Claudel. J'ai déjà Les Ames grises mais il parait que c'est un peu moins bien. J'espère ne pas être déçue.

    @Alex: lol, ça va, tu as encore l'été pour te rattraper.

    RépondreSupprimer
  6. Il faut juste que je le lise je crois :) tu m'as donnée envie !

    RépondreSupprimer
  7. @Celsmoon: n'hésite pas, ce n'est pas le roman du siècle mais on passe vraiment un excellent moment.

    RépondreSupprimer
  8. J'avais beaucoup aimé ce livre, comme d'ailleurs les autres livres que j'ai lus de cet auteur. Son style me séduit totalement, son écriture est sobre mais tellement fine et poétique en même temps!

    RépondreSupprimer
  9. @A girl from earth:tout à fait d'accord avec toi pour le style de Claudel. Je me réjouis de découvrir d'autres de ses livres. Lesquels as-tu lu?

    RépondreSupprimer
  10. J'ai eu un coup de coeur pour Les âmes grises, c'est par ce roman en fait que j'ai découvert le talent de Philippe Claudel pour sublimer les images jusqu'aux plus sombres, et lu également Le rapport de Brodeck.

    RépondreSupprimer
  11. @A girl from earth: super, alors je me rejouis de lire les Ames grises que j'ai deja dans ma PAL. On verra ensuite pour le rapport de Brodeck, qui me tente bien aussi.

    RépondreSupprimer
  12. Je rejoins la foule des lecteurs tombés sous le charme de Claudel !

    RépondreSupprimer
  13. Depuis le temps que j'ai envie de lire ce roman... je le note, merci !

    RépondreSupprimer
  14. @Marie: je crois que le terme "foule" est bien choisi.

    @Naïk: c'est un roman tout simple mais il vaut la peine d'être lu.

    RépondreSupprimer
  15. @Marie: je crois que le terme "foule" est bien choisi.

    @Naïk: c'est un roman tout simple mais il vaut la peine d'être lu.

    RépondreSupprimer
  16. Je me souviens de l'émission littéraire Vol de nuit animée par PPDA à laquelle l'auteur avait participé à la sortie du livre, et déjà j'avais eu envie de le lire, mais je n'ai pas encore franchi le pas, ce billet ravive cette envie.

    RépondreSupprimer
  17. @Liss: N'hésite pas à découvrir ce livre. Je n'ai jamais vu d'interview de l'auteur, je vais essayer de me procurer cette émission sur internet.

    RépondreSupprimer
  18. Tout comme toi, j'ai beaucoup aimé ce livre dont l'écriture est très agréable.

    RépondreSupprimer
  19. @ulaz: le style de Claudel est simple mais efficace.

    RépondreSupprimer
  20. tes adjectifs sont parfait : "simple" et profond". Je partage ce ressenti pour ce livre que j'ai vraiment beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
  21. @Sylvie: Merci pour ton commentaire. Il me tarde de découvrir d'autres livres de Claudel.

    RépondreSupprimer
  22. J'ai adoré ce livre. Cette histoire d'exile est très touchante, très poétique, et la fin inattendue sublime le tout je trouve. Un très beau roman que je recommande dès que je peux.

    RépondreSupprimer
  23. @Lylou: Un livre que j'ai également bien aimé grâce à cette fin qui illumine le tout.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Prix des lecteurs de l'Hebdo 2016: Mon expérience de jurée

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!