Les choix secrets d'Hervé Bel

Pour ceux qui aiment détester: Emma Bovary

Années 30, en France: Marie Cavignaux, jeune fille aux rêves démesurés, doit choisir entre son amour pour un petit instructeur français ou un officier des colonies. 
Plusieurs décennies plus tard, Marie est une vielle femme aigrie, irritée par les râles de son mari souffrant, et désespérément seule. 
Entre ces deux Marie, toute une vie a passé, faite de douleurs et de quelques joies, qu'Hervé Bel nous fait découvrir dans son deuxième roman, alternant les époques et construisant un monologue intérieur amer sur l'amour et le bonheur.

Imaginez-vous une Emma Bovary rescapée de sa tentative de suicide (désolée si je spoile, mais qui ne connait pas encore le fin de l'histoire), plus aigrie, plus pingre, plus méchante aussi, transportée au 20ème siècle et vous obtiendrez Marie Cavignaux. Permanente insatisfaite, jalouse maladive, possessive et avec un besoin désespéré d'attention, difficile d'aimer un tel personnage. Et pourtant, le talent de l'auteur réside dans le fait qu'on n'arrive pas à totalement le détester non plus. Quoi de plus triste, en effet, d'arriver au crépuscule de sa vie sans avoir atteint ses rêves? On en vient même à ressentir de la pitié pour Marie, plutôt que de l'animosité.

Moitié roman sur un huis clos étouffant autour du thème de la vieillesse (sujet assez à la mode en ce moment il me semble), moitié recueil de souvenirs qui retrace une partie des grands événements de l'histoire de France du 20ème siècle, entre deuxième guerre mondiale, colonies, guerre d'Algérie et changement de la vie quotidienne, Les choix secrets m'a fait passé un très bon moment de lecture. 

Si parfois j'ai eu du mal à comprendre l'alternance du "je" et du "elle" pour parler de Marie, j'ai aimé le style de Bel, simple mais percutant. Quelques longueurs peut-être, mais cela donne également du relief à ce quotidien répétitif dans lequel sont enfermés les protagonistes. 

Un bon roman à l'intrigue simple mais qui fonctionne parfaitement et le portrait d'une femme que je n'oublierai pas de si tôt.     

Il n'y a plus que la cuisine et le mari, le ciel gris derrière la mousseline des rideaux, et ce présent dont il faut bien se contenter. Le temps n'a fait que traverser son corps. Il est passé, la laissant inchangée dans sa façon d'appréhender les choses et les gens.

Hervé Bel a publié en 2010 un premier roman, La Nuit du Vojd (prix Edmée de la Rochefoucauld). 

Merci à Babelio et aux éditions JC Lattès pour l'envoi de ce livre. 

BEL Hervé, Les choix secrets, ed. JC Lattès, août 2012, 360p. 
tous les livres sur Babelio.com

Et sinon, l'auteur en parle très bien dans cette courte vidéo. Force est de constater qu'il a raison, tout le monde connait une Marie Cavignaux et ça fait de ce livre une lecture triste et puissante. Il explique également l'origine du titre du livre sur laquelle je m'interrogeais.



Commentaires

  1. Dommage que l'on aie peu parlé de ce livre...

    RépondreSupprimer
  2. est à la bibliothèque : ton article me remotive à l'emprunter ! bisous

    RépondreSupprimer
  3. @Clara: C'est le problème de la rentrée, des bons romans passent entre les gouttes sans qu'on les remarque. Dommage dommage. J'espère qu'il trouvera plus de lecteurs maintenant que ça se calme un peu, ou à sa sortie en poche.

    @Alex: Beau... c'est plutôt un portrait sans concession, parce que le personnage de Marie n'est pas vraiment à son avantage.

    @Philisine: Et tu ferais bien, en plus à la bibliothèque, n'hésite plus...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Prix des lecteurs de l'Hebdo 2016: Mon expérience de jurée

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!