Pain amer de Marie-Odile Ascher


Pour ceux qui aiment: Les enfants de Staline d'Owen Matthews


En 1946, Staline, auréolé de son nouveau statut d'allié de l'Europe, lance une invitation à tous les immigrés russes réfugiés en France: la restitution de leur nationalité soviétique s'ils décident de revenir dans leur patrie. Les parents de Marina, dont la famille paternelle s'était battue pour le tsar et avait fuit la Russie à la fin de la guerre civile, voit dans cette offre une occasion unique de revoir leur pays. Il faut dire que dans une France encore ravagée par la guerre, la promesse d'un appartement avec salle de bain, d'un travail et de pain gratuit semble être inespérée. 

Marina, jeune fille de 19 ans, à l'aube d'une vie qu'elle a déjà en partie tracée, décide d'accompagner sa famille pour leur voyage initial. Convaincue de pouvoir par la suite retrouver Marc, son fiancé, ainsi que ses études d'anglais, elle s'embarque pour un voyage éreintant qui bouleversera à jamais sa vie. 

Quarante-cinq ans plus tard, alors que l'URSS vit ses derniers jours, Marina retrouve le carnet de ces mois de douleur. 

J'ai beaucoup aimé ce premier roman de Marie-Odile Ascher, mélange de grande Histoire et de combat quotidien de la vie en URSS. Comment ne pas s'attacher à Marina, cette jeune fille passionnée de littérature, folle amoureuse de son fiancé, qui du jour au lendemain doit quitter Vence et la France, qu'elle considère comme son pays, pour l'URSS, dont elle ne connait rien. On suit tout d'abord le trajet interminable en train qui emmène toute sa famille de Nice à l'URSS, dans des wagons au confort plus que rudimentaire et aux conditions déplorables. Le lecteur fait également connaissance avec les autres rapatriés, tous la tête remplie de rêves sur les possibilités que leur nouvelle vie va leur offrir. Parmi eux, Marina et son désir de retourner en France est une incomprise, alors qu'à chaque étape qui la rapproche de la frontière soviétique, on a envie de lui hurler de suivre son instinct, de descendre du train, de revenir vers Marc. Mais les wagons continuent leur progression vers un destin que l'on sait inexorable. 

Marie-Odile Ascher nous fait également découvrir la vie quotidienne de ces rapatriés et des habitants de l'URSS dans les années 40-50, faite de privations, de famine, de méfiance permanente, d'injustices et de censure. J'avoue avoir trouvé quelques longueurs par-ci par-là, un trop plein parfois de misère (peut-être représentatif de la réalité quotidienne de l'époque, c'est fort possible), mais j'ai, dans l'ensemble, vibré tout au long de ma lecture. 

Le récit d'un destin volé par la machine soviétique et le rideau de fer qui s'est abattu sur l'Europe. Un premier roman fort réussi et attachant, sur un épisode historique que je ne connaissais pas bien et sur l'aveuglement du rêve communiste. A découvrir!


Ils étaient des milliers à avoir fui la révolution bolchevique et la guerre civile. En 1946, auréolé de sa victoire sur le nazisme, Staline les rappelle à la mère patrie : l'URSS. Ils seront quelque quatre à six mille « Russes blancs » exilés à suivre l'étoile rouge et les promesses du Petit père des peuples. 
Parmi eux, Marina qui, bien que se sentant française, suit les siens dans leur voyage de retour. Elle laisse Marc, son grand amour, certaine de revenir bientôt sur la Côte d'Azur, l'épouser. Pour l'instant, un long périple l'attend. Elle ne se doute pas qu'une fois arrivée, se dressera entre elle et ses rêves d'avenir le mur du totalitarisme.

ASCHER Marie-Odile, Pain amer, ed. Pocket, mars 2012, 475p. 

Commentaires

  1. J'ai vu il y a quelque temps déjà un documentaire sur ce même sujet qui s'appelait Piégés par Staline. C'était poignant. Combien de vies brisées. Ce livre m'intéresse.

    RépondreSupprimer
  2. Je pourrais bien me laisser tenter par son aspect historique.

    RépondreSupprimer
  3. @Agnès:Une amie m'avait recommandé un livre du même nom par Nicolas Jallot, il y a sûrement un lien avec le documentaire que tu as vu... Très envie de le découvrir en tous cas, et j'espère que Pain amer te plaira si tu te lances. Un sujet poignant, c'est sûr!

    @Alex: J'ai beaucoup aimé les passages sur le quotidien en URSS et la traversée de l'Europe d'après-guerre. Je pense que tu pourrais aimer...

    RépondreSupprimer
  4. Je crains un peu les longueurs, mais le sujet semble vraiment intéressant. Alors je note.

    RépondreSupprimer
  5. @Géraldine: Alors ok, ce n'est pas un thriller, mais je ne me suis pas ennuyée non plus. J'ai peut-être ressenti quelques longueurs sur le voyage de cette famille à travers l'Europe, parce que je savais ce qui les attendait... Du coup, on a envie qu'ils s'en rendent compte rapidement aussi. Mais si le sujet t'intéresse, franchement n'hésite pas, c'est une belle lecture.

    RépondreSupprimer
  6. Je le note. Encore un livre qui me parle !

    RépondreSupprimer
  7. @Cristie: A mon avis, tu ne seras pas déçue. C'est intéressant tout en restant simple et très agréable à lire.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Prix des lecteurs de l'Hebdo 2016: Mon expérience de jurée

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!