Hors Saison de Marion Lecoq


Pour ceux qui aiment: Alzheimer mon amour de Cécile Huguenin

Laure est réceptionniste dans un petit hôtel avec vue sur la mer. En fin de saison, un couple âgé, Jean et Angèle, s'installe pour un séjour d'une durée indéterminée, au grand dam du patron qui refuse de voir son hôtel se transformer en "maison de retraite". Loin de ces considérations, les journées de Jean et Angèle sont rythmées par leurs balades au bord de la mer. Mais la santé d'Angèle se dégrade de jour en jour, et alors que l'été indien touche à sa fin, même l'énergie de Jean ne suffit plus à repousser la maladie. 

Hors Saison alterne les voix de Laure, témoin extérieur du drame qui se joue entre Angèle et Jean, et les pensées et souvenirs de ce dernier, tout entier tourné vers les années de bonheur avec Angèle. Marion Lecoq aborde avec beaucoup de justesse et de tendresse des thèmes intéressants, que ce soit notre regard sur la vieillesse et la fin de vie ou encore l'amour immuable de Jean et Angèle qui surmonte la maladie et l'épreuve du temps. Un amour qui force Laure à se confronter à son propre couple et à la perspective de se dévouer à l'autre autant que Jean à Angèle. 

Un récit très court mais touchant, qui s'arrête peut-être un peu trop abruptement. Un bon premier roman, dans une ambiance calme et douce de fin de saison. 


Un matin de septembre, Laure, jeune réceptionniste dans un hôtel de bord de mer, voit débarquer un couple de personnes âgées. Combien de temps resteront-ils...

LECOQ Marion, Hors Saison, Les éditions du moteur, septembre 2011, 46p.

Commentaires

  1. Un premier roman qui a l'air intéressant.

    RépondreSupprimer
  2. Là je suis touchée et très tentée ...

    RépondreSupprimer
  3. Dis donc, cela sent la délicatesse à plein nez : bien, bien, bien ! et bravo pour cette découverte.

    RépondreSupprimer
  4. j'ai bien aimé ce premier roman aussi...

    RépondreSupprimer
  5. @Alex: Et comme il est très court et bien écrit, je vois peu de bonnes excuses pour ne pas se lancer ;-)

    @Clara: Je pense effectivement qu'il te plairait. J'ai oublié aussi de parler du style, qui est délicat et très juste.

    @Philisine: Délicatesse lui correspond bien, même si la fin m'a un peu déstabilisée, trop abrupte à mon goût par rapport au rythme et à l'atmosphère un peu cosy (mais triste quand même) du roman. Je l'avais découvert grâce à sa sélection au Festival de Chambéry l'année passée, il y a des belles pioches à faire dans la sélection je trouve.

    @Kathel: J'ai lu ton billet et je crois que nos avis se rejoignent assez. Pas lu d'avis négatifs sur ce livre d'ailleurs.... Maintenant, je serais curieuse de voir ce que l'auteur peut faire sur un plus long texte.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Zarline, je l'avais lu et il m'avait beaucoup plu aussi. La fin, ben, ça ne peut être qu'abrupt... Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  7. La couverture ne paie pas de mine mais tu me donnes bien envie de le lire. Je le note.

    RépondreSupprimer
  8. @Coccinelle: La fin en elle-même, difficile en effet de la changer mais je trouve qu'elle aurait pu être amenée (ou suivie) plus gentiment. Je trouve qu'elle casse trop avec l'ambiance cosy du roman.

    @Lewerentz: Ah oui, la couverture, complètement tue-l'envie. Au point que j'ai préféré la version ebook, c'est dire ;-) Mais si tu passes outre, tu découvriras un texte tout simple mais émouvant. A tenter...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Prix des lecteurs de l'Hebdo 2016: Mon expérience de jurée

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!