Gone with the wind (Autant en emporte le vent) de Margaret Mitchell


Pour ceux qui aiment : Un mélange entre La couleur des sentiments de Kathryn Stockett et Angélique, marquise des anges d'Anne et Serge Golon avec une bonne dose d'histoire américaine


Dans l’Etat de Géorgie, en 1861, Scarlett O’Hara, jeune adolescente de 16 ans au caractère de feu, vit des jours paisibles sur la plantation de coton familiale, le domaine de Tara. Entourée de son père d’origine irlandaise, le respecté Gerald O’Hara, de sa mère, la douce Ellen, et de ses deux sœurs, mais surtout d’une importante cour de prétendants, Scarlett ne rêve cependant qu’à une chose : que le mystérieux Ashley Wilkies la demande enfin en mariage. Quand les fiançailles de ce dernier avec sa cousine et longue-promise, Melanie Hamilton, sont annoncées, Scarlett décide de tout faire pour empêcher cette alliance. Et rien, mêmes les premières mobilisations de l’Armée confédérée et les rumeurs d’un proche conflit contre les états du Nord ne pourrait l’arrêter. 

Inutile de résumer plus loin l’intrigue de ce roman archi-connue de tous : les jeux de chat et de la souris de Scarlett et Rhett Butler, la tragédie de la Guerre de Sécession, les crises de Scarlett, la libération des esclaves, etc. Gone with the wind est devenu un classique en moins de 50 ans, aidé par le film de 1939 aux dix oscars qui a rendu accessible à tous un pavé de plus de 1000 pages. 

Comme tout le monde, je pensais connaitre l’histoire de Gone with the wind. J’ai vu plusieurs passages du film, sans jamais tenir jusqu'à la fin. Je n’avais cependant jamais lu le livre jusqu’à ce qu’une envie soudaine de découvrir ce roman me prenne en début d’année. Et j’en ressors surprise, éblouie, complètement addict et amoureuse, oui oui !

Il n’a pas fallu longtemps pour que je me rende compte qu’en fait je ne connaissais rien aux aventures de Scarlett (pour dire, je ne savais même pas qu’elle était mariée). Je m’imaginais un livre gnan gnan sur les amours d’une ado capricieuse et d’un homme à la vilaine moustache. Et j’ai découvert une fresque historique épique, des réflexions et des thèmes bien plus profonds que celui d’une simple amourette, une liste de phrases et de passages cultes que je pourrais relire à l'envi, des personnages inoubliables, et un style qui m’a emportée sans jamais m’ennuyer au fil des 1000 pages de ce roman.  

Première surprise : le livre est loin de tourner uniquement autour de Scarlett et Rhett, ce dernier faisant des apparitions assez espacées au final (trop espacées d’ailleurs à mon goût. Ahhh quel bad boy ;-)). Gone with the wind est plus le récit initiatique de Scarlett, qui au fil des obstacles et des années, loin de s’assagir, devient au contraire plus forte et déterminée. J’ai adoré détester ce personnage, à la fois tellement naïve, égoïste et bornée mais aussi courageuse et pleine d’entrain. Tout au long du roman, on a envie de lui crier d’ouvrir les yeux et d’enfin arrêter de se focaliser sur ses rêves de petite fille gâtée, mais on ne peut s'empêcher en même temps de la trouver "irritablement" attachante.  

Mais ce n'est pas tout! Pour entourer Scarlett et Rhett, Margaret Mitchell a réussi à créer une série impressionnante de personnages, fort bien construits et tout aussi mémorables, qui m’accompagnent encore plusieurs semaines après la fin de ma lecture. J’ai aimé également plonger dans cette mentalité du sud, en apprendre plus sur le siège d’Atlanta, la vie des civils pendant la Guerre de Sécession et sur les événements qui lui succédèrent pendant la Reconstruction et l’atmosphère qui régnait dans cette société sudiste dévastée et vaincue. Même la fin du roman, que je redoutais tant, m’a plu, même si le sort réservé à certains personnages a été dur à avaler… 

Bref, je n’ai qu’une envie à présent, enfin redonner sa chance au film et le découvrir en entier pour retrouver cette belle galerie de personnages et le souffle qui se dégage de ce roman. Si comme moi, vous n’avez jamais lu le livre et pensez tout savoir de l’intrigue, de toute façon trop fleur bleue pour vous, je n’ai qu’un seul conseil, dépassez vos a priori et LISEZ CE LIVRE !  

MITCHELL Margaret, Gone with the wind, ebook disponible sur le Projet Gutenberg, publié pour la première fois par Macmillan Publishers, juin 1936, 1037p.
MITCHELL Margaret, Autant en emporte le vent, ed. Gallimard (Folio en 3 volumes) 

Commentaires

  1. J'ai tellement aimé le film, vu un nombre incalculable de fois. J'ai acheté ce premier tome, il faudrait que je m'y mette :)

    RépondreSupprimer
  2. Je m'étais ennuyé à regarder ce film lorsqu'adolescent, il était passé à la télé : mes soeurs doivent encore s'en souvenir tellement je les ai embêtées, elles qui étaient en extase devant le poste

    RépondreSupprimer
  3. Quoi! Tu n'avais jamais lu GWTW? C'est quelque chose, ce roman...(lu, relu, même en vO...)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu ce livre il y a longtemps. J'avais vu le film avant, je l'ai revu après (oui, je fais partie des fans) alors du coup, il ne me reste rien de ma lecture.
    Et moi, ce n'est pas Scarlett qui m'énerve, c'est Melanie : bien trop parfaite !

    RépondreSupprimer
  5. Lu et adoré il y a quelque temps. En plus, mon mari m'avait offert l'édition où il y a des photos des films. Autant dire que tout était là pour que je me régale.

    RépondreSupprimer
  6. Je pense qu'on se fait souvent une image complètement partielle de ces grands pavés classiques qu'on connaît finalement plus à travers leurs adaptations. J'ai ce roman en deux gros pavés dans ma PAL depuis l'adolescence, j'avais attaqué le premier tome mais reporté ma lecture à plus tard vu la longueur... ça me dit toujours, et ton billet m'intrigue :)

    RépondreSupprimer
  7. Qu'est-ce que j'ai aimé ce roman...!!!!

    RépondreSupprimer
  8. @Stephie: J'ai lu qu'il y avait quelques changements entre le livre et le film... Du coup, si tu es une "spécialiste" du film, je serais curieuse de connaitre ton avis sur le livre. Même en connaissant déjà bien l'histoire, je pense que le style et l'énergie du roman pourrait t'emporter. Bonne lecture!

    @Yv: Je me suis toujours endormie devant le film après max 1h, alors que je ne me suis jamais ennuyée avec le livre. Peut-être laisseras-tu un jour une chance au roman, même si je pense que "l'extase" est en effet réservée au public féminin.

    @Keisha: Alala, Keisha, si tu savais le nombre de classiques super méga connus que je n'ai pas encore lus... (Austen, Dickens, Dosto, Stendhal, Brontë et j'en passe).
    Pour GWTW, je pense que je le relirai un jour et je vais certainement saouler tout mon entourage pour les convaincre de le lire à leur tour...

    @Tête de lecture: Je n'ai pas pu m'empêcher de coller les têtes des acteurs sur les personnages du livre mais comme je ne connaissais autrement presque rien à l'intrigue, c'est resté une découverte complète. Curieuse du coup de savoir si je vais mieux accrocher au film maintenant. Tu as vu beaucoup de différences entre les deux?
    Et pour Melanie, elle me cassait aussi les pieds au début, mais j'ai fini par aimer le côté feu intérieur derrière un visage placide...

    RépondreSupprimer
  9. @Belledenuit: Ah oui, la mise en parallèle entre film et livre devait être sympa. De toutes façons, je crois qu'aujourd'hui, il est impossible de lire le livre sans y superposer les acteurs. Clarke Gable et Vivien Leigh sont trop rentrés dans l'imaginaire collectif.

    @Lou: J'avais vraiment des a priori tenaces à cause du film et pourtant, gros coup de coeur au final. Du coup, il y a quelques classiques que je vais regarder de plus près de nouveau. Typiquement, les Austen que j'ai l'impression de connaitre déjà par leurs adaptations (plutôt sympas en général d'ailleurs). Je me dis que je pourrais en retirer beaucoup plus à la lecture... J'espère que de ton côté, tu te lanceras pour GWTW: l'été, c'est l'idéal pour ces pavés, non?

    @Noukette: Je n'ai pas encore lu d'avis négatifs sur ce roman...

    RépondreSupprimer
  10. J'avais adoré le roman; mais été très déçue par la fin...

    RépondreSupprimer
  11. Ce roman fait partie des romans que je dois lire, les Must Read, merci de me le rappeler et ton avis donne très envie. Bravo

    RépondreSupprimer
  12. Tu prêches une convertie.:) Ce roman m'avait fait vibrer quand j'avais 16 ans, et je m'en souviens encore avec une certaine émotion. Le film m'avait un peu déçue par contre. A l'époque, je ne visualisais pas du tout Scarlett comme ça.

    RépondreSupprimer
  13. Bravo je trouve ton article magnifique, mais je dois avouer que ce pavé de 1'000 pages me fait très peur, peur aussi que l'écritue soit un peu vieillote .. .. donc jamais lu et pas vu non plus le film.

    RépondreSupprimer
  14. @Hélène: Elle est dure à avaler, je suis d'accord. Je ne m'y attendais pas du tout et je suis restée comme scotchée pendant plusieurs minutes. A posteriori, je la trouve "taquine", surprenante et plutôt appropriée.

    @Nathalie: C'était un Must read pour moi aussi, mais un de ceux qui le reste des années et des années... jusqu'au jour où l'envie m'est venue, sans raison, comme ça. Il y a un moment pour tous les livres, il faut juste attendre. J'espère qu'il viendra pour toi et GWTW bientôt, ce serait dommage de s'en priver trop longtemps ;-)

    @A Girl: J'avais noté que tu étais plus enthousiaste sur ce pavé que sur un certain G&P ;-) J'aurais beaucoup aimé le découvrir plus tôt, à l'adolescence, je pense que j'en serais devenue complètement addict. A voir maintenant pour le film; le personnage de Scarlett par Vivien Leigh ne devrait pas me choquer, j'avais l'image du film en lisant le livre, du coup...

    @Eléa: Alors je n'ai pas du tout trouvé l'écriture vieillote, alors que c'était également une de mes craintes. Je m'attendais aussi à un style simple, sans couleurs et j'ai au final trouvé le tout plein de fougue et bien écrit et les 1000 pages s'avalent comme de rien. Sérieusement, je ne peux que t'encourager à tenter le coup, surtout si tu n'as jamais vu le film (forcing moi, mais non ;-))

    RépondreSupprimer
  15. Moi qui avait bien aimé le film, tu me donnes envie de découvrir ce avé.

    RépondreSupprimer
  16. Eh mais c'est vrai qu'on avait exactement la même expérience et au final le même ressenti !!! Et oui, Rhett, le bad boy qu'on adore :-)))) Et dire que je n'ai pas encore vu le film alors que je m'étais promise d'enfin le regarder en entier (damned)

    RépondreSupprimer
  17. @Alex: Ah oui, pas d'hésitation à avoir. Parfait pour la (fin) de l'été en plus!

    @Manu: J'ai emprunté le DVD à ma soeur mais je cherche encore le bon moment pour me lancer, où les chances de m'endormir après 45min sont réduites. On pourrait se faire un "visionnage de film commun" ;-)

    RépondreSupprimer
  18. Arf, une grosse lacune à combler !

    PS : J'attends ton avis sur "Le polygame solitaire" qui attend son tour dans ma PAL depuis longtemsp :)

    RépondreSupprimer
  19. @Cynthia: Ah oui, n'hésite plus pour GWTW, je suis sûre en plus qu'il te plairait! Billet sur le Polygame prévu normalement pour la semaine prochaine. Un début difficile mais au final, un bon moment de lecture. Il mérite probablement de sortir de ta PAL...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

Prix des lecteurs de l'Hebdo 2016: Mon expérience de jurée

Blog-anniversaire: 8 ans déjà!